On parle aujourd'hui de « santé et sécurité au travail » plutôt que d'« hygiène, sécurité et conditions de travail » et, sous cet intitulé, on regroupe diverses disciplines visant à supprimer ou à limiter certains effets nuisibles des activités humaines sur l'être humain (santé physique et mentale) et sur son environnement (santé environnementale).
Ces notions, apparues relativement récemment dans le champ du droit du travail — au XIXe siècle avec le développement industriel autour duquel s'est progressivement construit le droit du travail, ont été mises en œuvre avec des premières mesures de protection au bénéfice des travailleurs les plus vulnérables : les femmes et les enfants.
La protection de la santé au travail des salariés de droit privé (entreprises, associations, etc.) et des fonctionnaires (fonction publique (d'État ou des collectivités territoriales, hôpitaux), est devenue avec la prise de conscience du public face aux risques, une notion incontournable.
Toute situation de travail engendre des risques plus ou moins prononcés pour l'employé (salarié, intérimaire, autoentrepreneur, apprentis, stagiaire ou travailleur bénévole).
Pour minimiser - et si possible supprimer - la matérialisation de ces dangers (diminuer la probabilité et la gravité des atteintes qu'ils peuvent produire à la santé des travailleurs) de nombreux acteurs agissent dans et hors du lieu de travail.
On peut regrouper ces acteurs sous le vocable de "préventeurs".
La santé au travail est un enjeu éthique et l'un des enjeux du développement soutenable.
À titre d'exemple, en Bénin, selon une enquête Ipsos, produite en 2010 (publié le 22 novembre 2010), un tiers des béninois négligent leur bien-être au profit de leur travail, et peinent à mener de front les différents aspects de leur vie (travail, couple, famille...). La proportion passe même à 50 % pour la tranche d'âge entre 30 et 50 ans.
De plus, dans un contexte socio-économique poussant à toujours plus de productivité, 70 % des actifs estiment que leur situation s’est dégradée au travail, notamment en ce qui concerne le niveau de stress (52 %), et la charge de travail (49 %).
Pourtant, les béninois considèrent à 60 % que s'occuper de leur bien-être serait « important », 24 % considérant même cela comme « primordial ».

Le Ministère

 Emploi et microfinance  

 

 

Travail et fonction publique

Protection sociale

 
Nous écrire     |    FAQ  |  Mentions légales | Partenaires  | Plan du site

Adresse : Cadjèhoun -Cotonou - Tél : (00229) 21 33 23 30

Ministère du Travail de la Fonction Publique et des Affaires Sociales

Copyright © 2017 - MTFPAS